Droits lors des achats en ligne : ce que vous devez savoir

Le commerce en ligne est devenu une pratique courante pour réaliser ses achats, tant pour les biens que pour les services. Toutefois, nombreux sont ceux qui rencontrent des problèmes ou se posent des questions sur leurs droits lors de ces transactions. Cet article vous informe sur les droits dont vous disposez lors de vos achats en ligne et vous guide dans la résolution d’éventuels litiges.

1. Les informations précontractuelles

Avant même d’effectuer votre achat, le vendeur doit mettre à votre disposition un certain nombre d’informations précontractuelles. Ces informations doivent être claires, compréhensibles et facilement accessibles sur le site. Parmi elles, on peut citer :

  • Les caractéristiques essentielles du bien ou du service proposé
  • Le prix total du produit ou service (TTC), ainsi que les éventuels frais supplémentaires (livraison, garantie…)
  • La durée minimale du contrat, s’il y en a une (abonnement, par exemple)
  • L’existence d’un droit de rétractation et les conditions pour l’exercer
  • Les coordonnées complètes du vendeur (nom, adresse, numéro de téléphone…)

Ces informations précontractuelles doivent être confirmées par écrit au moment de la conclusion du contrat, généralement par l’envoi d’un courriel récapitulatif.

2. Le droit de rétractation

Lorsque vous effectuez un achat en ligne, vous bénéficiez d’un droit de rétractation sans avoir à justifier de motif ni à payer de pénalités. Ce droit vous permet de revenir sur votre décision et d’annuler la vente dans un délai de 14 jours calendaires à compter de la réception du bien ou de l’acceptation de l’offre pour un service. Certains biens et services sont toutefois exclus du droit de rétractation, comme les produits personnalisés, les biens périssables ou les services déjà exécutés avant la fin du délai.

Nous recommandons aussi  Vélo électrique : comment est encadrée la publicité pour les vélos électriques ?

Pour exercer votre droit de rétractation, vous devez informer le vendeur par écrit (courriel, courrier…) dans le délai imparti. Le vendeur est alors tenu de vous rembourser intégralement dans un délai maximal de 14 jours après avoir été informé. Si le bien doit être renvoyé, les frais de retour restent généralement à votre charge.

3. La garantie légale de conformité

Tout produit acheté en ligne doit être conforme à la description faite par le vendeur et présenter les qualités annoncées. En cas de défaut de conformité, vous disposez d’un délai de deux ans à compter de la livraison du bien pour agir. Vous pouvez alors demander au vendeur soit :

  • La réparation ou le remplacement du bien, sans frais supplémentaires et dans un délai raisonnable
  • Une réduction du prix ou la résolution du contrat, si la réparation ou le remplacement sont impossibles ou disproportionnés

Il est important de noter que durant les six premiers mois suivant la livraison, il appartient au vendeur de prouver que le défaut n’existait pas au moment de l’achat. Passé ce délai, la charge de la preuve revient à l’acheteur.

4. La garantie des vices cachés

La garantie des vices cachés s’applique lorsqu’un défaut rend le produit impropre à l’usage prévu ou diminue tellement son usage que l’acheteur ne l’aurait pas acheté, ou à un prix moindre, s’il en avait eu connaissance. Pour bénéficier de cette garantie, vous devez agir dans un délai de deux ans à compter de la découverte du vice caché.

Si le vice caché est avéré, vous pouvez demander au vendeur soit :

  • La résolution du contrat et le remboursement intégral du bien
  • Une réduction du prix proportionnelle à la diminution de valeur du bien due au vice caché
Nous recommandons aussi  Faire un petit crédit : maîtrisez vos droits et obligations

Dans tous les cas, il est recommandé d’informer rapidement le vendeur par écrit (courriel, courrier…) et de conserver toutes les preuves relatives au vice caché (photos, témoignages…).

5. Les recours en cas de litige

En cas de litige lors d’un achat en ligne, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • La réclamation auprès du vendeur : la première étape consiste à informer le vendeur du problème rencontré et à tenter de trouver une solution amiable.
  • La médiation : si le différend persiste, vous pouvez avoir recours à un médiateur, un professionnel indépendant chargé de proposer une solution amiable entre les parties. Certains sites de commerce en ligne proposent eux-mêmes des services de médiation.
  • L’action en justice : en dernier recours, si aucune solution amiable n’a été trouvée, vous pouvez saisir la justice pour faire valoir vos droits. Selon le montant du litige, différentes juridictions peuvent être compétentes (tribunal d’instance, tribunal de grande instance…).

Il est essentiel de bien conserver tous les documents relatifs à l’achat (facture, courriels échangés avec le vendeur…) et aux démarches effectuées pour résoudre le litige (courriers recommandés, demandes de médiation…).

En somme, lors de vos achats en ligne, vous disposez d’un certain nombre de droits pour vous protéger en tant que consommateur. Il est important de connaître ces droits pour pouvoir les exercer efficacement et ainsi éviter ou résoudre d’éventuels litiges avec les vendeurs.